« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Mission C - Opération




Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Mission C - Opération    Dim 24 Avr - 5:16
Dès son retour à Konoha, Yozo se mit au travail. Non pas celui de Hokage, mais de ninja accomplissant des entraînements en général. Même si son voyage l'avait amené à développer une nouvelle puissance, il devait désormais apprendre à l'utiliser convenablement. Mais pour l'instant, le Hokage, qui faisait des recherches en bouquinant sur la table de son bureau de travail avait à faire. Réétudiant ses livres de médecine, en vue d'améliorer encore et toujours ses compétences en ninjutsu médical, notre protagoniste entendit frapper à la porte d'entrée. Faisant patienter la personne en déclarant à voix haute qu'il arrivait dans quelques instants, le fils de paysans finit sa page et mémorisa le numéro de la page sur son livre consacré à l'étude des réactions chimiques produites dans l'organisme pendant la transformation du chakra en un des cinq éléments de base, soit le feu, la terre, le vent, l'eau, la foudre. Une fois fait, il ferma son livre et le rangea dans une petite bibliothèque aménagée près du bureau en bois. Puis le shinobi se dirigea vers l'entrée de sa maison et ouvrit la porte. Une jeune femme, connue de Yozo, s'approcha de ce dernier, une missive dans la main. Tendant le papier vers le protagoniste, elle déclara qu'il s'agissait d'un document contenant l'objectif d'une mission de rang C. Avant que le Hokage puisse répondre, elle ajouta également qu'il s'agissait d'une mission requérant les compétences d'un ninja médecin de la trempe de Yozo. Toujours coupant son supérieur dans son élan, la secrétaire du palais du feu dit qu'il ne s'agissait pas d'une mission en soi, comme d'habitude, mais d'une opération chirurgicale.

A partir de ce moment précis où la jeune femme à lunettes prononça le mot opération et le fit suivre de l'adjectif chirurgical, une lueur naquit dans les yeux du fils de paysan. Cette mission était l'occasion rêvée de mêler les connaissances à la pratique. Même si les livres étaient de bon guide pour développer ses capacités, rien de tel qu'un essai sur le terrain pour mettre en pratique ce que l'on avait appris auparavant. Prenant quelques affaires avant de partir en route, il prit au cas où son arme, son fameux naginata qui le suivait depuis désormais quelques mois, après l'avoir récupéré d'un adversaire coriace. Puis il quitta sa maison, la refermant au préalable à clé et accompagné de sa secrétaire, il se dirigea vers le centre médical. Le chemin à faire ne serait pas long, même s'il fallait avant descendre les escaliers de la falaise des Hokages. Empruntant ainsi ce long alignement diagonal de marches, il aperçut sur son côté gauche sa propre trombine, avec sa tignasse d'ébène gravé à jamais dans la falaise des Hokages, du moins du temps que l'érosion ne s'en occupe pas. Une fois arrivé en bas de la falaise, le jeune homme suivi de la binoclarde continuèrent leur route vers le palais, qui n'était plus très loin, une fois l'ascension vers le centre du village effectuée.

Les minutes passèrent et le soleil régnait en maître dans le ciel. Ses rayons lumineux frappaient telle une pluie de flèches tout le village, irradiant ce dernier d'une chaleur pesante. Le souffle pesant, le Hokage semblait avancer péniblement dans les ruelles à cause de cette hausse de la température. Son front suant, il se l'essuya rapidement afin de cacher son air épuisé à sa secrétaire qui serait capable de lui trouver des arguments pour l'embêter à longueur de journée. Heureusement pour le Rokudaïme, sa patience à travers la canicule lui fut récompensé par le fait d'arriver à temps à l'hôpital de Konoha. Le bâtiment semblait toujours aussi parfait, ses murs d'un blanc immaculé, comme si le temps n'avait pas d'influence sur la structure. Lorsque le Hokage rentra à l'intérieur, il put constater à quel point l'endroit était bondé de monde: les brancards se disputaient le moindre bout de place, tandis que les patients se débattaient pour obtenir une infirmière ou carrément un docteur afin de pouvoir enfin être osculter comme il se doit. Ici, le grand Hokage reconnu par tous dans le village, craint et respecté par les villageois était invisible aux yeux de ces derniers. Il n'était juste qu'une simple grande perche qui ne faisait que gêner les autres.

Alors que le rez-de-chaussée était plongée dans un brouhaha incessant, Yozo siffla un coup et tapa le sol violemment avec son naginata pour calmer toute l'assemblée. Le bruit provoqué sembla calmer les esprits qui se tournèrent vers le Rokudaïme. Affichant son air de guerrier, il jeta un regard froid dans la salle. Ses yeux noirs balayaient tout le monde d'un clignement d'œil. Décalant sa lance sur le côté, afin de pouvoir mieux s'y appuyer la main dessus, le jeune homme déclara:

    « Si vous continuez de vous agiter ainsi, il ne pourra pas y avoir d'améliorations et vous n'aurez fait que brasser de l'air inutilement. Respectez les autres et vous verrez que votre patience vous récompensera. »

Après cela, le bruit cessa et l'activité au sein de l'établissement put reprendre mieux. Suite à cela, comme à son habitude, le Hoshikuma posa son naginata à l'accueil et monta quelques étages avant de trouver son casier. Une fois la clé inséré, il accéda à ses affaires personnelles et se munit de sa précieuse blouse blanche l'identifiant comme étant un vrai médecin. Il prit également un bout de papier qu'il arracha à un document désormais inutile, attrapa de quoi écrire et griffonna en s'aidant du parchemin de mission le nom de la patiente ainsi que les informations lui permettant de la retrouver dans l'hôpital. Avant de partir, il salua à la va-vite quelques collègues de travail et discuta avec eux rapidement. Demandant au préalable si ses camarades connaissaient l'emplacement exact de la salle d'opération, il se dirigea à l'endroit qu'on lui avait indiqué et arriva devant une assemblée de quelques Eiseinin qui faisaient une petite pause avant d'entamer la lourde opération.

Une fois tout le monde en place, on installa la jeune fille sur le billard et les infirmières s'occupèrent des perfusions. Quelques minutes plus tard, la salle était plongée dans une luminosité puissante au centre, tandis qu'au bord de cette dernière, l'obscurité régnait en maître. La patiente criblée aux bras de câblage, il ne restait plus qu'à l'anesthésier pour commencer l'opération. Tandis qu'on amenait tout l'attirail du chirurgien, en l'occurrence, une table contenant des scalpels et des bistouris de taille différente, le tout stérilisé selon les normes, la patiente qui allait recevoir un nouveau rein, étant donné qu'il lui en manquait un et qu'elle souffrait de problèmes à cet organe, commença à tomber dans les bras de Morphée. Ses paupières se refermèrent lourdement, ignorant de toutes les manipulations qu'allaient subir une partie de son corps. Une fois la patiente totalement inconsciente, l'opération débuta. Ce fut Yozo qui d'une main experte découpa avec finesse et précision la zone de l'opération. Une fois l'incision terminée, du sang en sorti bien entendu, les infirmières se hâtant de nettoyer cette hémorragie qui était normale.

Débuta alors une manœuvre où se mêlaient la sueur des médecins, anxieux à l'idée de faire une erreur, ainsi qu'un silence incroyable dans l'assemblée. Chaque médecin, chaque infirmière était concentrée à la tâche qui leur était attribué. Tandis que les chirurgiens tentaient d'accéder à la zone où le greffon allait être déposé puis relié à l'organisme avec les vaisseaux sanguins, les infirmières veillaient à ce qu'un problème ne surgisse pas par surprise, en regardant les signes vitaux de la patiente toujours inconsciente. Yozo, les mains en sang, heureusement protégé par une pellicule de latex grâce à ses gants, maniait le scalpel à la perfection. Se faisant éponger le front par une infirmière, qui avait vu que le Hokage était lui aussi sous pression, notre protagoniste en question était à fond dans cette opération. Retrouvant les bons vieux réflexes de la pratique, il se souvenait parfaitement de l'intérieur du corps humain grâce à ses vieilles connaissances; il n'avait ainsi aucun problème à suivre la démarche de ses camarades, cherchant désormais à placer correctement le greffon. Chaque veine et chaque artère devait être relié correctement aux endroits qui leur correspondait.

Au moment fatidique où l'on devait vérifier si le système rénal remarchait, le stress des médecins était à son comble. C'était en effet l'instant où tout se jouait; si l'opération avait échoué, autant dire que recommencer serait deux fois plus difficile. D'autant plus que la patiente risquait de perdre beaucoup de sang s'il fallait remettre les veines au bon endroit. Sur ce, l'infirmière fit remarcher le cœur de la femme et tout semblait paraître bon. Le rythme cardiaque était correct, la saturation en oxygène n'avait pas bougé d'un cil du début jusqu'à la fin de l'opération. On put entendre dans la salle stérile un petit bruit sortant de la bouche de chaque infirmière et de chaque docteur, un léger soufflement de soulagement. Pour Yozo, la satisfaction était d'autant plus grande qu'il se sentait près à reprendre son métier de médecin, tout en l'alternant avec celui de ninja. La réussite de sa mission C pouvait en effet témoigner des capacités du Rokudaïme Hokage. Quittant la salle, le chef des ninjas de Konoha laissa ses camarades s'occuper du reste, le Hoshikuma étant seulement chargé de l'opération en elle-même. Retirant ses gants, se lavant soigneusement les mains, de sorte à respecter les normes d'hygiène de l'hôpital, il abandonna tous ses accoutrements qui pouvait faire de lui un médecin pour redevenir le simple mais puissant shinobi au kimono noir.

Maintenant que sa mission était finie, il n'avait plus qu'à attendre que le rapport de l'opération pour que ce dernier fasse office de rapport de mission. De ce fait, il quitta l'hôpital et partit chez lui afin de retrouver ses bouquins, où une profonde étude du corps humain à travers les pages l'attendait...
 

Mission C - Opération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Hi no Kuni - Konoha Gakure no Satô :: Centre Medical-