« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Un bref retour [PV Naetle]

Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Un bref retour [PV Naetle]   Mar 23 Avr - 2:38

Depuis que j'ai emménagé au village caché de la roche, je ne suis plus retourné dans mon pays natal jusqu'à aujourd'hui. Tout de noir vêtu, je me dirige vers une demeure bien vide depuis mon départ, mon coeur se serre...Un peu. J'ai longtemps hésité à partir de cet endroit, à vrai dire c'est le seul où j'ai trouvé refuge en dehors de mon appartement situé dans les quartiers supérieurs - d'ailleurs je me demande dans quel état il est désormais - c'est là où un homme qui se disait mon parrain, habitait. Je n'ai jamais su si c'était la vérité, après tout rien ne me le prouve, mais j'ai aimé le croire car il était le dernier à me dire qu'il connaissait mon père. Nous échangions de nombreuses conversations du crépuscule à l'aube, il s'est assuré de ma formation du début de mon adolescence jusqu'à mes dix-sept ans.

La guerre l'a énormément changé, comme tout le monde je pense, on lui a demandé de prendre part au conflit malgré son âge avancé, apparemment Ame n'a reculé devant rien pour sauver son honneur. Lorsque je l'ai revu après la grande bataille, je n'ai pas été surpris de retrouver un homme affaibli, sans motivation, j'ai alors compris que je devais suivre ma propre voie. Certes, il m'a beaucoup appris et m'a permis d'obtenir ma véritable personnalité, néanmoins il était temps d'aller ailleurs. Dans son regard, je n'ai plus croisé cette même lueur brillante de malice, tout était terne chez lui à l'heure où je l'ai laissé.

Et là, il y a quelques jours à peine j'ai appris son décès, d'après ce que l'on m'a dit il s'est encore plus laissé aller suite à mon départ. Dans un sens, je dois avouer que je m'en veux, mais il a sûrement dû comprendre que, contrairement à lui, je suis encore jeune et j'ai ma vie à faire en tant qu'homme ou en tant que Shinobi, je ne pouvais pas me permettre de rester dans un endroit où progresser m'était impossible. Aujourd'hui je foule pour la première fois depuis des années les terres qui auraient pu être miennes si je n'avais pas décidé de m'en aller. On m'a dit que son corps a été évacué ce matin, j'irai donc faire un tour à la morgue un peu plus tard, pour l'instant, place à la nostalgie.

Face à moi se trouve l'étang sur lequel j'ai appris à maîtriser mon chakra, je soupire, j'ai vécu tant de bons moments ici, je m'en souviens comme si c'était hier et pourtant...ça fait presque six ans maintenant. Après avoir relevé un pan de mon kimono, je m'assois sur la pierre froide et contemple le paysage. Je reste muet et immobile durant près d'une demi-heure puis je décide de bouger. Je pénètre dans la salle à manger en faisant coulisser la porte et je ne peux m'empêcher de songer aux repas que nous avons eu autour de cette table basse, des débats, fou rires ou malentendus. Avant d'être des soldats, nous étions des humains après tout.

Il faudra par ailleurs que je le remercie de m'avoir appris la chaleur humaine, sans lui je n'aurais jamais pu accepter mes sentiments comme maintenant. Avant de le rencontrer, j'avais peur de ressentir une quelconque émotion, à l'académie on m'a enseigné qu'un Ninja ne doit pas avoir de sentiment, Gen m'a prouvé le contraire, grâce à lui j'ai compris beaucoup de choses sur la vie. Je rentre dans la pièce qui me servait autrefois de chambre puis m'adosse contre le mur et ferme les yeux, je suis vraisemblablement malchanceux, c'est à croire que je suis voué à perdre tous les êtres qui me sont chers d'une manière ou d'une autre.

Les souvenirs étant bien trop douloureux à supporter, je quitte cet endroit pour de bon et rejoins la ville sous le regard méfiant des passants. Personne n'a de raison de m'arrêter, Ame gakure no satô est devenu neutre depuis la fin du conflit donc j'ai le droit de circuler..En tant que civil tout comme ancien serviteur de la patrie. Lorsque je traverse les rues, je me rends compte que je ne pourrais jamais oublier mon existence ici, elle a été une grande partie de ma vie quand j'y réfléchis, c'est ici que ma carrière de Ninja a commencé, que j'ai accompli mes premières missions, que j'ai eu mes premiers élèves.


J'ai espoir de les retrouver ici, bien que je n'ai pas envie de recevoir des reproches de la part d'un seule en particulier...Naetle. Peut-être m'a-t-il cherché durant des années durant sans jamais me retrouver ? Après tout, j'ai laissé mon appartement tel qu'il était lorsque je vivais là-dedans, s'il est un jour venu me chercher là-bas il a dû penser que j'étais en mission, mais les quatre ans passés sans jamais me revoir ont dû le dissuader de cette hypothèse, je suis sûrement mort pour lui. J'ai quand même hâte de le revoir, je l'ai laissé ici alors qu'il était sous ma tutelle alors que nous avions lui et moi respectivement dix-huit et dix-sept ans, aujourd'hui il doit être un jeune homme de vingt-deux ans, je me demande s'il a beaucoup changé.

Physiquement ou mentalement, peut-être même les deux ! Il a dû recevoir l'enseignement d'un autre mentor, il a dû s'endurcir, j'ai toujours été trop gentil avec lui je trouve. Au lieu de lui apprendre la haine, je lui ai appris la camaraderie, ça a dû bien le changer. Je soupire, pourquoi est-ce que je pense à ça ? Je ne suis même pas sûr de le revoir, je ne sais même pas s'il vit encore ici, ni même s'il est encore en vie, alors pourquoi m'attacher à quelques visions que je me fais ? Je regarde en l'air, le soleil brille derrière les nuages cotonneux qui couvrent le village, je souris, il a fallu que je parte pour qu'un train de vie allègre s'installe ici. Est-ce que je regrette ?
Nukenin - Rang C
Nukenin - Rang C



Nombre de Messages : 186
Localisation : Juste derrière toi, mais ne te retourne pas ...
Nindô : Je veux être un Shinobi qui sauve des gens, peu importe ce qu'en disent mes camarades d'Ame. J'irais de l'avant sans pour autant faire plus de victimes que nécessaire. Car, de toutes façons, ce monde ne sera jamais ce que j'espère qu'il soit un jour.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
146/1000  (146/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Un bref retour [PV Naetle]   Mer 23 Oct - 9:59
Le village caché de la Pluie est tombé.

Voilà quelques temps désormais que tu sillonnes les pays à la recherche de quoi vivre, de quoi payer ton pain. La faute à qui ? Tu ne saurais même pas mettre un nom sur la personne qui a fait tombé ton pays. Tu as assisté à la chute du village depuis les premiers rangs, tu étais là lors de sa capitulation. Tu n'aurais pu imaginer cela. Le coeur serré, tu as déposé les armes devant les pieds de vos ennemis. Dis, à quoi ressemblait ta voix après cela ? Tu l'ignores. Tu n'as pas supplié les autres shinobis de t'épargner. Tu t'en fichais. Vivre, mourir ... Oui, tu t'en foutais royalement. Tu étais seul. Complètement seul. Et pourtant la pluie continuait de tomber, comme si on t'arrachait la dernière chose à laquelle tu tenais, comme si tu ne savais plus pleurer. Est-ce cela le désespoir ?

La pluie a continué encore longtemps de nettoyer le sol du sang qui s'y était répandu des jours durant.

Aujourd'hui, qu'es-tu devenu ? Pas grand-chose ... Tu as perdu ta petite soeur, tes amis, tes coéquipiers. Que te reste-t-il ? Tu as les mains tachées de sang depuis longtemps mais tu ne t'es jamais senti aussi souillé que pendant la guerre. Quatre ans de combats, c'est long ... Trop long. Quatre ans de désespoir, de misère. De temps perdu. Les pertes ne se comptent plus que par milliers. Civils, shinobis, enfants, parents ... Tu ne veux plus y penser. On pourrait croire que tu es devenu l'ombre de toi-même mais ce serait totalement faux. On pourrait même dire que tu t'es assagi. Tu n'es plus l'adolescent attardé et insouciant, ça non. Tu es devenu adulte. Tu as grandi. Maintenant tu as vingt-deux ans ... Tu te fais vieux. Comme à chaque fois que tu repenses à ton page, tu soupires : aujourd'hui, Miyuki aurait dix-huit ans.

Tu réfléchis beaucoup à ce que tu es et à ce que tu deviendras, seul, dans le noir, allongé sur ta couche. C'est l'une des seules choses que tu puisses faire sans devenir fou. Marcher et réfléchir. Souvent, tu pars vagabonder dans les rues d'Ame, te souvenant de toutes les fois où tu les as parcouru. Tes pas te guident toujours en direction de l'appartement de ton ancien maître, de ton ancien chef d'équipe. Et comme tu ne veux plus y penser, tu rebrousses toujours chemin jusqu'à te retrouver en-dehors du village puis tu t'entraînes de longues heures avant de rentrer. Ça fait trop mal de penser à tous ceux qui t'ont quitté. Ils n'avaient pas le droit de partir ainsi. Surtout lui. Surtout lui ... Il en avait l'interdiction formelle. Pourtant, il n'est plus. Il est porté disparu depuis bien trop longtemps ne plus être considéré comme mort mais tu t'en fiches. Tu as toujours été borné, eh ?

Pour toi, il n'est pas mort. Personne n'a jamais eu de preuves quant à son possible trépas alors tu continues de garder espoir. C'est un peu ce qui te raccroche à la réalité, ce qui t'aide à ne pas perdre pied. Savoir que, peut-être, tu n'es pas tout seul dans ce vaste monde. Kiryl, Edya, Miyuki, Akito, Munashii ... Shintô. Tous t'ont quitté. Tu n'as jamais su ce qu'il leur était arrivé. Trop de gens sont tombés pour que l'on se rappelle tous d'eux. C'est malheureux mais c'est comme ça. Et puis, que se serait-il passé s'ils étaient encore là ? Exactement la même chose que maintenant, tu n'aurais pu que soulager ton coeur. Il t'arrive souvent de te rendre devant le domicile de toutes ces personnes, espérant en frappant à la porte que l'une d'entre elles t'ouvre. Tu attends de nombreuses minutes avant de rentrer, la mort dans l'âme.

Aujourd'hui n'échappe pas à la routine que tu as installé depuis des lustres. Les mains enfoncées dans les poches de ton manteau brun, tu parcours la ville en long et en large, errant plus qu'autre chose. Peu de personnes se souviennent de toi. Après la mort de ta soeur, tu as même changé de nom. Celui que tu portais depuis l'orphelinat à Konoha te rappelait trop de souvenirs. Des souvenirs et des mauvais évènements. De toutes manières, plus personne n'est là pour t'appeler par ton prénom originel, alors bon ... Qu'est-ce que ça peut bien faire ? Tu marches la tête basse, la capuche sur la tête de sorte à ce que ton regard soit dissimulé sous quelques mèches blanches éparses. Tu n'aimes pas la façon dont on te regarde sans cesse. Tu n'es pas un animal de cirque, ils n'ont pas à te dévisager ainsi parce que tu détonnes parmi les rues ternes du village. C'est en serrant les dents et en fixant tes pieds que tu rentres dans un passant qui a le nez levé vers les nuages.

« Je suis désolé. » grommeles-tu avant de relever la tête. Un sourire. Et là tu comprends. « S-- Shishou ? » Non. Impossible. Shintô, sourire ? Et pourtant. C'est bien le même visage, les mêmes yeux qui te regardent. Sans y penser une seule seconde, tu portes tes mains gantées au niveau de sa tête et apposes tes paumes sur ses joues. Si la guerre n'avait pas asséchée tes yeux tu aurais pu pleurer. « Vous avez grandi ... Je vous croyais ... » Et le temps s'arrête.
Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Un bref retour [PV Naetle]   Sam 26 Oct - 9:11
Tant de souvenirs, bons comme mauvais, se heurtent dans mon esprit, je ne sais pas vraiment quoi penser de mon retour aux sources. C'est ici que je suis né et c'est sûrement ici que je mourrai, moi, le dernier des Hôtobi. Contrairement à ce que mes parents ont essayé de me faire croire, j'ai fini par comprendre que mon clan ne représentait rien aux yeux d'Ame. Dans mon jeune âge, je m'imaginais appartenir à une famille importante qui avait changé le village caché de la pluie après son départ mais en fait, rien. Mon sang n'était que celui des chiens qu'avait employé Hanzô pour balayer les raclures de ce bas-monde. Aujourd'hui, à vingt ans, je réalise que mon père n'aurait peut-être pas dû quitter le village, la paix qu'il cherchait n'était pas en dehors de ces terres, s'il avait pu attendre encore quelques années...

Il verrait aujourd'hui à quel point Ame à changé depuis sa capitulation. Certes, cet endroit a subi le déshonneur militaire, mais les habitants ont un nouvel avenir maintenant...Enfin, je crois. Depuis la fin de la guerre, la situation économique est mauvaise ici, mais au moins elle stagne, j'ai espoir qu'un jour le blason de ce pays soi redoré, il le mérite après tout. Enfin il a cessé de pleuvoir sur ces tours gigantesques, enfin le soleil parvient à franchir les nuages chargés d'eau, enfin la lumière a su ouvrir le coeur des gens qui vivent ici. Vu comme ça, même les quartiers inférieurs semblent moins dépravés qu'à mon départ.

A force de marcher la tête en l'air, il fallait bien s'attendre à ce que je percute quelqu'un. Je recule un peu et m'apprête à m'excuser alors que je penche ma tête vers le malchanceux qui s'est cogné à moi. Je ne le reconnais pas tout de suite, il me faut un temps pour mettre en relation les traits du visage avec un nom, Naetle. Il s'excuse, je ne réponds rien et j'attends qu'il me reconnaisse, enfin j'espère qu'il se souvient de moi. J'esquisse un faible sourire qui en dit long sur ma pensée et je gratte l'arrière de la tête pour signaler ma gêne à mon interlocuteur, c'est un peu embarrassant de se retrouver ainsi en se rentrant dedans au beau milieu d'une rue.

Il a vieilli, c'est la première chose à laquelle je pense. La dernière fois que je l'ai vu, il y avait encore une once d'innocence, de pureté dans ses yeux mais maintenant, ils sont devenus ternes, ce n'est plus un adolescent espiègle qui se tient devant moi mais un jeune adulte aigri par les soucis, peut-être que tout n'est pas aussi rose que je le pensais ici. Je reprends un air plus grave, je fronce les sourcils au moment où il commence une phrase qui pourrait fâcher. Mort hein ? Je me doutais bien ne pas avoir laissé d'indice sur mon départ ici, apparemment mon plan a mieux fonctionné que je ne le pensais.

« Je ne te ferai pas l'honneur de mourir avant toi Naetle, l'élève ne dépassera pas le maître de sitôt. »

Je conclus peut-être un peu froidement par rapport à ses espérances mais je ne suis pas du genre à dévoiler mes sentiments aux premiers abords. Je reste un Shinobi après tout, et un soldat ne doit pas faire passer ses émotions en premier. Je ne vais pas mentir, je suis heureux de le revoir, d'avoir un repère ici, de voir que j'ai encore une petite place dans mon pays natal. J'aime cet endroit. Un doux vent souffle dans les quartiers supérieurs du village caché de la pluie, je souris à mon ancien élève, nous avons tant à nous dire je crois.

D'abord mettre les choses au clair, discuter et échanger sur nos vécus depuis le temps. Il est vrai qu'avant, le Genin me collait sans cesse aux basques donc je n'avais pas vraiment de discussion à avoir avec lui, il savait ce qu'il se passait dans ma vie. Mais maintenant, nous avons suivi deux chemins différents, j'ai hâte de savoir s'il a des nouvelles des autres, qu'est-ce qu'ils sont devenus après tout ce temps. J'ai fui un peu égoïstement cet endroit pour retrouver un but dans ma vie, Mizoe est celle qui m'a permis de vouloir avancer, celle qui m'a fait suivre la voie que je mène actuellement, je ne la remercierai jamais assez pour ça.

« Allons boire quelque chose dans une taverne, je crois que nous avons beaucoup à échanger tous les deux. Tout d'abord, raconte-moi comment tu es revenu du champ de bataille ? »

Nous n'avions pas été assignés au même front, du coup je n'avais pas eu de nouvelles d'eux même après mon retour. Je suis parti le jour de la capitulation, donc je ne l'ai pas vu lors de la remise des armes sur la place publique, mais je suis sûr que si j'avais attendu de pouvoir leur annoncer mon départ, ils ne m'auraient plus laissé partir et j'aurais été encore moins motivé à partir. Je me souviens avoir regardé plusieurs fois en arrière, parfois ma vie ici me manque, c'est vrai. Je pénètre dans la taverne la plus proche et m'installe sur un fauteuil en cuir assez confortable, autant être à l'aise pour écouter de longues histoires.
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Un bref retour [PV Naetle]   
 

Un bref retour [PV Naetle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Autres Lieux :: Ame no Kuni - Pays de la Pluie-