« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 D Rank Mission : Messager

Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi



Nombre de Messages : 89
Date d'inscription : 28/06/2012



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: D Rank Mission : Messager   Dim 24 Fév - 9:01
C'était une journée plutôt tranquille qui s'annonçait, jusqu'à ce que je reçoive une missive qui me fait convoquer de toute urgence au centre du tri des courriers du village. J'avais choisi de rester dans le secteur après avoir aidé le frère du propriétaire de l'hôtel à s'échapper, arrivé à l'ambassade je savais qu'il ne pourra plus lui faire de mal. J'étais comme soulage après avoir rempli ma mission mais j'étais aussi fatigué, il faut dire que depuis mon retour au pays je n'ai pas eu le temps de me prélasser, j'ai donc loué une chambre pour profiter de quelques jours de repos. Je souris en enfilant ma veste fourrée, prêt à me confronter aux températures hivernales qui règnent à l'extérieur, finalement je n'ai eu qu'une seule journée de congé où je n'ai fait que dormir sans interruption.

Je pourrais rester ici une éternité, on ne peut pas dire que ce soit l'argent qui me manque pour payer, mais je crois qu'après cette mission je vais retourner au continent, Kiri est certes un endroit appréciable mais ma vie de vagabond me manque, je me sens nettement plus à l'aise loin de mes obligations et de la routine, je ne suis pas un homme très attaché aux souvenirs, au contraire. C'est dans cette ambiance que je finis par atteindre le lieu de convocation, je secoue une dernière fois ma veste pour enlever la neige accumulée jusqu'à mon arrivée ici avant de rentrer dans le bâtiment où je vois une multitude d'employés en colère, hurlant des insultes plus terribles les unes que les autres à l'attention d'une personne cloîtrée dans son bureau en compagnie de deux gardes du corps. Oh mes chastes oreilles...

On peut dire que ce n'est pas facile de se frayer un chemin dans la foule mais j'arrive quand même à rejoindre les portes de verre qui protègent l'homme assis confortablement dans son siège. Il me fixe et semble apercevoir mon bandeau frontal, il se met à parler à l'un de ses gardes qui hoche la tête avec désinvolture avant de venir m'ouvrir très rapidement la porte. J'entre à l'intérieur et m'assieds face lui, je constate alors que la pièce est si bien isolée que nous entendons à peine les cris des travailleurs. Nous nous fixons quelques minutes sans rien dire, j'attends toujours des explications au sujet de ma mission, je ne les reçois que lorsqu'un autre Ninja vient me rejoindre. Il semble avoir une douzaine d'années, mais sans doute aussi expérimenté que moi, je me mords la lèvre inférieure, qu'attendent-ils pour nous dire quoi faire ? Accompagnées d'un soupir las, les instructions finissent par nous arriver après au moins cinq minutes d'attente.


« C'est une bien triste nouvelle d'apprendre que mes hommes sont en grève, à cause d'eux le village est privé de tout moyen de communication avec le monde extérieur. Votre mission consiste à distribuer les lettres restantes - car deux de mes travailleurs ont accepté de se mettre en fonction ce matin - aux habitants. Les sacs de courrier vous attendent à l'entrepôt à droite de ce bâtiment. »

Il nous fait signe que nous pouvons disposer, je me lève et quitte la salle en premier alors que les employés me lancent un regard assassin avant de prendre conscience que je suis un Ninja. Je me dirige vers la sortie du bâtiment sans attendre l'autre Ninja, j'ai assez d'ennuis seul pour me préoccuper de ceux des autres. L'entrepôt se trouve effectivement à la droite de la tour de bureaux, j'y entre sans soucis et saisis le premier sac que je vois, laissant l'autre à l'aspirant que j'ai croisé tout à l'heure lors de l'entretien. Alors voyons voir ce que contient ce sac ! Tout en essayant de préserver le papier fragile de l'enveloppe de la neige, je tente tant bien que mal de lire les adresses et les noms des destinataires. J'ai une vingtaine de lettres à livrer dans tout le village, on dirait bien que je vais devoir visualiser le chemin le plus logique avant de commencer.

- Dix minutes plus tard -

J'ai réussi à établir mon parcours, j'espère que rien ne viendra me freiner pendant que j'effectuerai ma mission, on sait tous à quel point j'ai horreur d'être interrompu quand je travaille. Bien, pour livrer la première lettre je dois parcourir une centaine de mètres, pour l'instant tout semble aller comme sur des roulettes, j'en aurai peut-être vite fini avec ça si je me dépêche. Je trouve la masure abandonnée à proximité d'un quai qui semble ne plus être utile à personne depuis plusieurs années, apparemment c'est un pêcheur qui habite là-dedans. Je toque à la porte...Pas de réponse, je retente ma chance et un homme barbu, sale ouvre la porte à la volée, je manque de trébucher et lui tends la lettre, sans lui montrer ma surprise. Il émet un grognement en l'ouvrant, apparemment les nouvelles ne sont pas bonnes, il se met alors à scander :


« Disparais avant que je ne t'attrape gamin ! Je ne paierai pas cette somme à Kiri ! La Mizukage peut se déplacer si elle veut, je n'ai pas volé ce terrain ! »

Pas besoin de me le répéter deux fois, si ce type a laissé ses émotions s'extérioriser il n'en demeure pourtant pas rancunier. En effet, il ne m'a pas poursuivi contrairement à ce que je craignais. Je plonge dans une ruelle à l'aspect lugubre, d'après les indications la prochaine lettre devrait être livrée à une dizaine de mètres d'ici...Mais j'y trouve des ruines incendiées. J'intercepte une vieille dame à l'allure bavarde qui est visiblement ravi de pourvoir me renseigner. Je lui montre l'adresse et le nom de la personne puis elle se met à jurer avant de plaquer sa main sur la bouche. Interloqué, je finis par lui demander pourquoi elle a réagi comme ça.


« Madame ? Quelque chose de va pas ?
- Cette femme..Elle a été tué par son fils il y a deux semaines pour une histoire d'héritage. Je suis désolée mais vous feriez mieux de partir, on dit qu'il est encore ici et s'attaquera à quiconque parlera de sa mère
, elle baissa la voix, car il ne sait toujours pas où est l'argent ! »

Quelle vieille sénile, en tout cas ça me fait une lettre de moins à livrer et même si la femme d'âge mûr a tenté à plusieurs reprises de me l'arracher les mains afin de déguster les derniers potins, j'ai pris la fuite mais pas par crainte du psychopathe des environs, plutôt à cause d'elle. Essoufflé par la course-poursuite, je m'adosse à un mur, et dire que je n'en suis qu'à la troisième lettre. Cette fois-ci j'ai un long parcours à faire avant de parvenir dans ces quartiers, j'hésite à me commander un repas à emporter car contrairement à ce que j'ai pu penser, on dirait bien que cette mission va être longue.

- Une heure plus tard -

J'ai terminé mon bentô, je peux maintenant me rendre dans l'allée commerçante où se trouve le marchand à qui je dois livrer son courrier. Oui, je sais que c'est un marchand parce qu'il n'y a que des gens de ce niveau social qui vivent à cet endroit, pour garder un oeil sur le boutique même lorsqu'ils ne sont pas en fonction. Je frappe à la porte qui s'entrouvre lentement, je distingue alors un homme de carrure plutôt impressionnante qui pointe une arme blanche vers moi. Malgré cela, mon visage reste toujours aussi inexpressif, je lui tends la lettre, il la prend et il l'arrache sans même lire le contenu. Il se met à ricaner avant de grogner dans sa barbe.

« Ils peuvent toujours se torcher ces bouffons. Je ne me rendrai pas au tribunal, j'ai payé vos pxtain d'impôts, dis bien ça à la Mizukage ok ?!
- La Mizukage n'a rien à voir là-dedans, c'est le seigneur de l'eau qui vous réclame son dû.
- Sale fils d'aristo ! Rien que ta façon de parler me donne envie de gerber, Tenshi, Okami attaquez ! Allez ! Dépecez-moi ce fouteur de mxrde !
»

Même pas la peine d'attendre pour savoir qui sont Tenshi et Okami, je sais juste qu'ils sont des ennemis. Aussi puissants soient-ils je pourrais facilement les tuer, mais ce serait contraire au code Shinobi. Cet homme, même s'il a un langage fleuri, est un innocent pour le moment et il en va de même pour les animaux. J'esquive de justesse l'un des chiens de garde mais l'autre me mord sauvagement la main, je le repousse en lui donnant un coup de pied dans les côtes avant de fuir sur les toits. Ma main saigne mais j'arrive encore à la bouger même si cela me fait gémir de douleur, avec un tel froid je ne vais pas tenir bien longtemps si je suis blessé, mieux vaut que je me fasse des bandages avant de continuer.

Voilà c'est fait, je peux maintenant repartir à l'aventure en espérant que les autres clients seront plus aimables que celui-là. Je garde espoir et me dirige vers la quatrième maison en évitant soigneusement de passer devant celle du marchand désagréable - quel euphémisme - bref, me voilà devant la porte d'une respectable demeure où un homme au sourire bienveillant apparaît. Il l'ouvre et, alors que je tourne les talons, il me lance un encouragement avant d'appeler quelqu'un :

« Je vous suis éternellement reconnaissant monsieur. Faites attention à la neige, et bon courage ! »

Pour une fois qu'on est gentil avec moi, ça me soulage de voir qu'il y a encore des gens courtois en ce bas-monde, allez direction la prochaine missive. D'après l'intitulé il s'agit d'un courrier officiel, je vais donc me hâter de le donner à son destinataire afin de ne pas lui faire perdre du temps. Je marche gaiement sur le tapis blanc imposé par les conditions climatiques, puis j'arrive enfin devant un portail. A ma grande surprise, c'est un garçon moins âgé que moi qui s'empare du courrier et se prépare à sortir, il ne me dit rien mais je devine à son visage un sentiment de gratitude. Je fais demi-tour et m'apprête à continuer ma route, à ce moment même il sort en courant, l'ordre de mission placé sous son aisselle droite, il porte alors le bandeau symbolisant son appartenance à l'armée de la brume tout comme moi.

- Trois heures plus tard -

Je suis épuisé, la neige me ralentit bien dans ma course et les clients ne se sont pas tous montrés très agréables entre la vieille qui m'a chassé à coups de balais, le garçon qui m'a renversé son verre d'eau sur la tête parce que ses parents ont déjà suffisamment de problèmes financiers et le Ninja mécontent de devoir aller travailler. On peut dire que je mériterais un peu de repos, malheureusement il me reste encore deux lettres à livrer avant d'aller écrire et rendre mon rapport de mission. L'avant-dernier courrier indique que le destinataire se trouve dans une taverne réputée, mais une fois que j'arrive, le barman m'indique avec un air navré que le client est parti avec ses deux compagnons dans une sorte de calèche il y a un peu plus de quinze minutes. Je le remercie d'un signe de tête et me rue vers la sortie, suivant les traces de roue dans la neige.

Mon souffle est presque coupé, mes poumons s'enflammes mais je continue de courir vers mon objectif, je sens que je vais bientôt l'atteindre. La lettre à la main, je supplie intérieurement le véhicule de s'arrêter et mes prières furent récompensées, une roue se casse au moment où je m'effondre moi-même par terre. Un des hommes descend pour constater les dégâts et me découvre, gisant quelques mètres plus loin dans le blizzard. Je le vois s'approcher de moi, une seule question me vient à l'esprit, savoir qui il est. Il se penche vers moi et me demande si ça va, je hoche la tête avant de l'interroger, haletant comme un chien malade.

« Êtes...Vous...Shinzo...Oda ?
- C'est bien moi. Nous nous connaissons ?
»

Je réponds négativement de la tête et lui donne la lettre qu'il ouvre rapidement, je le vois grommeler de mécontentement avant de m'aider à me relever. Gêné, il se gratte l'arrière de la tête et me dit :


« Vous n'auriez pas dû venir jusqu'ici pour me livrer ceci. Ma mère veut que je rentre à la maison alors que j'ai enfin décidé de prendre mon envol. Normalement je lui ai envoyé quelque chose moi aussi mais avec la grève...Elle n'a peut-être pas reçu ma lettre. »

Il semble perplexe, je fouille dans mon sac et sort la dernière lettre, elle est effectivement au nom de Madame Ayumi Oda. Le jeune homme me salue et retourne vers ses compagnons, quant à moi il ne me reste plus qu'à faire un dernier effort, je crois que je vais ramper jusque là-bas. Encore 300 mètres, dit comme ça ce n'est pas énorme mais disons que passer des heures dans le froid m'a littéralement figé tous les muscles. Arrivé à destination je toque à la porte dans un mouvement désespéré, aussitôt une femme d'une quarantaine d'année m'ouvre la porte et m'attire à l'intérieur, mettant à ma disposition une boisson chaude et une bougie pour me réchauffer les mains. De l'intérieur, la maison me paraît humble mais saine, c'est donc ici que vivait le garçon que j'ai rencontré il y a une dizaine de minutes.

« Mon pauvre garçon, que faisiez-vous dehors par un temps pareil ?
- Je suis un Shinobi au service du village, il est dans mon devoir de vous livrer ce courrier.
- J'ai toujours su que les dirigeants abusaient des aspirants, voilà pourquoi mon petit Shinzo aurait dû rester à la maison plutôt que de partir à l'aventure sous prétexte qu'il est assez grand pour s'assumer...Olala, j'en suis toute retournée.
»

Sa voix se perd en même temps que ma conscience, je suis sur le point de m'endormir de fatigue mais j'essaie de tenir le coup pour remercier implicitement cette femme d'avoir pris soin de moi. Si seulement Mère s'était toujours montrée aussi démonstrative avec moi, elle ne l'était seulement quand nous étions seuls tous les deux mais lorsque Père était là, elle m'adressait ce même regard froid que lui, ce sentiment de dégoût...La femme me propose alors de passer la nuit ici afin de récupérer des forces, elle me laisse la chambre de son fils jusqu'à ce que je sois d'aplomb pour rentrer chez moi. Je hoche frénétiquement la tête, je n'ai pas vraiment de "chez moi" de toute façon, et puis je me sens tellement épuisé. Quelques minutes après, mes forces m'abandonnent alors qu'elle vante les exploits de sa progénitures, je rédigerai le rapport demain.
Hachidaïme Mizukage | Administratrice
Hachidaïme Mizukage | Administratrice



Nombre de Messages : 681
Date d'inscription : 06/04/2011



Passeport Ninja
Grade: Kage
Points d'Expérience:
101/1000  (101/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: D Rank Mission : Messager   Mar 26 Fév - 10:45
Notation mission rang D

Points positifs :

- Conditions remplies, tu m'as bien fait rire ! [+2]
- Orthographe soigné [/]


Points positifs :

- Pourquoi je passe pour une harpie ? x) [/]


5 + 2 = 7 xp

_________________

~ Il faut préparer la guerre pour mieux savourer la Paix ~
 

D Rank Mission : Messager

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Mizu no Kuni - Kiri Gakure no Satô-