« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Pour la retrouver [PV Suijin]

Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Pour la retrouver [PV Suijin]   Mer 13 Fév - 5:26
Cela fait longtemps que j'ai perdu contact avec elle, au moins cinq ans et demi, j'ai du mal à m'en rappeler avec tout ce qui a pu me tomber dessus ces dernières années. Entre le début de la guerre, ma rencontre avec l'organisation du vieux Gen puis la chute d'Ame en tant que village Ninja je n'ai pas vraiment su où donner de la tête. Je pense que dans le fond j'ai échoué, je ne suis pas celui qui a chassé les nuages d'au dessus du village caché de la pluie mais bon tant pis, toute la population vit désormais en paix sans oppresseur, le grand dictateur n'est plus et tout semble aller pour le mieux. Il y a un temps que j'ai rompu le contact avec mes anciens coéquipiers, je n'ai plus de nouvelles de Naetle et encore moins d'Edya depuis au moins quatre ans, parfois j'ai encore du mal à m'en rendre compte mais...J'ai vingt ans désormais.

Je ne suis pas tout à fait un adulte mais j'ai sûrement quitté le monde de l'adolescence au moment où cette guerre s'est achevée, je ne sais pas vraiment qui je suis mais tant pis, je n'ai jamais vécu pour moi après tout. Je ne sais pas non plus pourquoi je suis venu ici, au pays de la terre mais il semble que quelque chose - comme une force que je n'ai pu rejeter - m'a poussé jusqu'à Tsuchi no kuni. J'ai gravi les montagnes à la force de mes muscles et maintenant je me demande bien quelle est la raison de ma présence ici, je regarde en l'air et soupire, c'est dur à avouer mais c'est bel et bien mon coeur qui m'a emmené jusqu'à cet endroit. Le jeune homme solide que je suis devenu n'a pas su oublier la personne que j'ai rencontré il y a des années, alors que je n'avais que treize ans et tout ce qui a suivi.

Peut-être que je suis stupide, elle a dû m'oublier avec le temps et à son âge cela ne m'étonnerait pas qu'elle ait déjà fait sa vie. Je ne veux pas penser qu'elle fut une victime de la quatrième grande guerre Ninja, je sais au fond de moi qu'elle vit toujours. Je sens sa présence même si elle est loin de moi, enfin bref je sais que je vous ennuie, passons. Les paysans autour de moi me fixent comme si j'étais un malpropre, sans doute à cause du bandeau frontal que je n'ai pas abandonné, Ame sera toujours ma patrie malgré sa déchéance, c'est là-bas que je suis né et que j'ai grandi, je ne laisserai plus personne souiller ces terres.


Mais ça ne veut pas dire que je continuerai à y vivre, il n'y a plus rien là-bas, si je veux continuer à protéger ce pays il va falloir que je m'en aille et que je le défende indirectement, ce ne devrait pas trop être difficile pour le moment. Je parcours silencieusement l'allée où je me fais interpeller par un garde, je mets mon masque qui caractérise mon surnom "La Faucheuse", je me retourne et lui montre mon passeport. Même pas une fraction de seconde s'écoule et déjà on tente de m'attaquer, décidément les préjugés restent longtemps dans les esprits, je bloque le coup de poing de mon adversaire avec agilité et le repousse. Il me regarde, un air à la fois étonné et frustré, je ne veux pas me faire remarquer à la base mais si l'on me provoque je ne vais pas y aller de main morte.

« Je ne suis pas venu pour me battre, laissez-moi passer ou vous ne me laisserez pas le choix. »

Un autre garde intervient, les deux se lancent un regard éloquent avant de commencer à discuter. De toute façon, ce n'est pas comme si j'étais pressé, je suis venu ici mais je ne sais pas par où commencer mes recherches. Je pousse un profond soupir et décide de m'asseoir sur un rocher, j'espère quand même de pas devoir y passer ma journée, j'aimerais quand même visiter un peu les environs pour savoir où il a vécu pendant que je traversais terres et mers pour accomplir mes missions. Soudain, un homme apparaît non loin de nous, les deux gardes commencent alors à paniquer sans que j'en comprenne la raison. Je plisse les yeux, je ne connais pas ce type mais il est sûrement puissant en vue de l'attitude des deux gaillards, je me lève pour me saluer respectueusement, j'espère qu'il pourra m'aider.
Yondaïme Tsuchikage
Yondaïme Tsuchikage



Nombre de Messages : 161
Localisation : Dans le Pays des Bisounours ;)
Date d'inscription : 06/04/2011



Passeport Ninja
Grade: Nukenin de Rang S
Points d'Expérience:
93/1000  (93/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Ven 15 Fév - 5:53
Ainsi recommence mon histoire au sein du village qui m'a accueilli à bras ouverts. J'ai écouté les sages conseils de mon maître que je croyais mort, ma volonté, mon héritage se trouve entre les murs de ce village jadis oublié. C'est avec cet état d'esprit que je repris les rennes du village espérant secrètement de ne plus le laisser aux mains sauvages et cruelles de la guerre.

J'avais vécu cette guerre, où s'est impliqué le village, comme un déshonneur, comme si j'avais violé mon nindô et les enseignements de mon père adoptif mais il n'en était rien, j'ai juste suivi les ordres de mon cœur qui me dictait de protéger le genre humain et de cesser les conflits, mais je fus tout de même stupide de croire que moi seul et mon village allait mettre un terme à cette guerre. La solution à cette question, c'était une alliance sans faille avec tous les grands villages, mais cette solution était plus difficile que je croyais, certainement à cause de ma forte croyance au genre humain ... en effet, le Kazekage quitta l'alliance pour se reconstruire, et la Mizukage suivit tous ce beaux mondes partirent de son côté, rendant encore plus flou mes rêves de monde sans conflits, un monde où tous les gens se comprendront.

Pour l'heure, je poursuivis ma journée, mes tâches quotidiennes que je réalisais avec sérieux et perfectionnisme. L'organisation dans une faction telle qu'Iwagakure est primordiale, il ne faut pas remettre les détails au hasard, l'équilibre des forces repose sur ces détails : un pas de travers dans le contexte diplomatique actuel peut causer des tensions qui engendre des guerres et qui entraînent la mort. Une chaîne que je m'efforçais d'éviter en pratiquant des prix pas très agressifs, en total équilibre avec ceux des autres villages qu'ils soient puissants ou mineurs, ainsi, on ne peut me reprocher d'être déloyal. Je faisais danser les tampons sur mon bureau, apposant ma griffe sur chaque document administratif que mon assistante me soumettait : des factures, des requêtes civiles, des doléances militaires et civiles, des traités économiques.

Sur le plan économique, on peut dire que notre Seigneur me fait confiance, grâce à un décret, il m'a cédé une partie de sa régence économique, me laissant donner mon avis sur les pactes économiques que celui-ci décide de signer. J'aimais cette relation de confiance avec mon "supérieur", j'aimais les responsabilités externes au village qu'il me donnait, toutefois, cela me laissait peu de temps pour m'entraîner et rester au village. Parfois, je signais des papiers dans les locaux de la capitale car j'avais maintes réunions, de ce fait, ma présence était plus ou moins rare dans les murs de la cité des Rochers. Aujourd'hui, rien à l'horizon, alors, j'étais au village, ma présence inspirait le respect des shinobi et civils, pour eux j'étais comme l'ange gardien de ce village qui veillait à son bon fonctionnement et à sa reconstruction.

Il est clair qu'en tant que Tsuchikage, l'insubordination n'était pas permise, c'était quelque chose que je ne supportais pas comme tous les autres Kage je suppose. Un ninja qui manque de respect à ses aînés, c'est un homme qui n'a pas été élevé dans les valeurs transmises par nos Maîtres Ancestraux. Enfin bref, ma secrétaire m'apporta une tasse de thé, celle-ci avait le temps de refroidir tellement, j'exécutais mes tâches avec passion et sérieux, les dossiers, les parchemins s'enchaînaient. J'adorais vraiment mon travail, c'était le gage d'une réussite personnelle et collective aussi, car en faisant cela je contribuais à la paix d'esprit de mes confrères et de mes administrés.

En six ans de règne, je commençais à comprendre que le rôle de Kage était plus de l'ordre du moral, en effet, la présence d'une personne puissante, rassure les gens, ils savent qu'ils n'auront rien à craindre tant qu'une telle personne sera parmi eux. Cependant ma force avait montré ses limites quand j'abandonnai ce titre pendant la guerre, mais cela est et restera secret aux yeux de tous, je ne dois absolument ternir mon image et risquer de briser cette formidable émotions que dégage mon passage auprès des Iwajin. Je tamponnai rapidement mes dossiers, l'emblème de notre village apparaissait rapidement sur les documents en encre rouge, j'étais comme emballé jusqu'à que je fus dérangé par un de mes subordonnés :

- Excusez-moi de vous déranger, Yondaïme-sama ... mais la Garde nous rapporte un incident ...

La timidité se transcrivait dans ses paroles. Pour le rassurer un sourire s'esquissa sur mon visage quelque peu creusé par les rides. Je lui dit alors, d'un ton très chaleureux et doux :

- Dîtes moi ce qu'il se passe ?

Son visage semblait apeuré, comme si quelqu'un osait troubler le bon ordre de cette grande famille qu'est mon, non, notre village :

- Et bien, il y a un homme d'Ame aux portes. La Garde du secteur Nord a décidé d'ouvrir le feu ...

Mon visage resta neutre, j'avais une certaine habitude de ce genre d’événements. Depuis la chute d'Amegakure, nombre de ses shinobi trouvent refuge dans les grands villages qui acceptent des déserteurs et nombre d'entre eux sont venus frapper à notre porte. Mes principes étaient clairs, aucun ninja qui n'a vu le jour sur ces terres ne sera accepté ... vous me direz que mes principes sont erronés parce que je ne suis pas né dans ces contrées ? Et bien mon corps, lui est né dans les marécages sombres de Mizu no Kuni et ma conscience et mes pensées sont nées aux creux des montagnes de Tsuchi no Kuni, de ce fait je me considère comme Iwajin. Je pris mon chapeau de Tsuchikage que je mis dans une ceinture de lin qui rayait ma taille. Je mis tranquillement ma veste blanche sur mes épaules ; j'avais l'habitude de revêtir l'uniforme de Kage, la seule différence avec les autres c'était que la longue robe était de couleur brune, symbolisant la roche.

- N'ayez crainte ... je m'en charge. Prévenez juste la Garde de ce secteur de pas attaquer, il me semble que cet Amejin et moi avons à discuter.

Ma voix était toujours aussi douce, comme sereine. Comme si je savais à l'avance que ce jeune ninja n'était pas doté de mauvaises intentions. J'ouvris ma fenêtre, mon assistante se tenait prête à la refermer dès que je me serais extirpé de cette pièce ; je fis le signe du tigre et mon corps fut comme transporté, soulevé par l'air. Je volais, c'était un des nombreux dons que l'avait légué mon père adoptif : le Sandaïme Tsuchikage.

Quelques minutes me séparaient des portes Nord. Je marchais le long de l'immense route qui menait au poste de garde, de loin, je pouvais voir mes gardes tenant fermement leurs katanas dans leurs mains et au bout une silhouette frêle comme celle d'un jeune homme qui venait tout juste de passer à l'âge adulte. Quand, je fus arrivé au point de rendez-vous, je fixais ce ninja de la Pluie, il semblait attendre mes paroles. Mon visage restait neutre, mes muscles faciaux ne bougèrent pas, seule mes lèvres commencèrent se mouvoir pour laisser échapper des mots :

- Bien ... messieurs, merci pour votre protection. Vous pouvez retourner à vos postes, j'ai besoin de m'entretenir seul avec ce jeune garçon.

Il dirent tous en chœur :

- Bien Tsuchikage-sama !

Je poursuivis à mesure que les gardiens des portes reculèrent :

- Commençons par les présentations. Mon est Suijin Ryûtenbin (*), je suis le Yondaïme Tsuchikage. Pourquoi venez-vous nous voir, ninja de la Pluie ? Laissez moi deviner ... vous êtes en quête de réponse n'est-il pas ? Et vous sentez que ce village est la clef de tous vos maux ?

Ces paroles n'étaient pas agressives, juste réconfortante. Je voyais la détresse sur le visage de cet homme, quelque chose le tracassait. Ame ... village détruit par la guerre réduit grade de village civil, tous ninjas quelque peu patriote se sentent mal de voir leur lieu de naissance en proie à la destruction. Le sixième sens chez les personnes de mon ancien clan -Yunokawa- est naturellement accru, nous ressentons ce que les gens ressentent, nous les vivons, peut-être de là que viens mon extraordinaire générosité ...

(*) : Personne ne sait qu'il n'est pas d'Iwa, donc son nom sera celui du Sandaïme.

Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Sam 16 Fév - 7:49
Les ennuis c'est pas trop ma tasse de thé, si je ne peux rien obtenir de manière pacifique aujourd'hui eh bien tant pis, je reviendrai à la charge demain en espérant que les gardes ne seront pas les mêmes. Je croise les bras en attendant la décision prise par les deux types qui se battent verbalement. Lorsque le troisième homme arrive, je ne sais pas si je dois être soulagé ou méfiant, je ne sais pas qui il est et comment il va m'accueillir. Mais à priori, il n'a pas l'air de vouloir me faire de mal, sinon il ne se serait pas déplacé et ordonné à une horde de chiens de se ruer sur moi pour me dépecer. Enfin, arrêtons de voir les choses sur le mauvais angle et faisons comme si je n'attendais rien de spécial de lui au début, c'est toujours mieux de montrer ses atouts avant de quémander quelque chose.

Je suis honoré, en vue de l'accueil que lui ont réservé les deux gardes, il s'agirait du Tsuchikage en personne, je hausse un sourcil et lui offre un salut digne de son rang avec autant de respect que possible avant de retirer mon masque. Il se présente naturellement à moi et me demande pourquoi je suis venu jusqu'ici avant d'émettre lui-même des hypothèses sur ma réponse. Je souris faiblement, il n'a pas totalement tort mais il n'a pas juste sur toute la ligne non plus. Je m'éclaircis la gorge et commence à parler au dirigeant du village caché des roches, commençons d'abord par les présentations tout comme il l'a fait quelques minutes auparavant :


« Je suis Shintô du clan Hôtobi. Mon nom ne doit sans doute rien vous évoquer mais passons... »

Cette phrase, j'ai dû la répéter au moins cent fois depuis le début de mon aventure, depuis le génocide de mon clan il y a treize ans maintenant. Personne ne se souvient des Hôtobi, leur nom a disparu des mémoires au moment même où le domaine a pris feu, quelle triste fin pour une des plus anciennes lignées d'Ame gakure no satô. Je me gratte l'arrière de la tête en essayant de chercher une formulation pour exprimer mon but, peu de temps après je me lance malgré l'incertitude. En vue de l'attitude de mon interlocuteur, je pense qu'il vaut mieux être franc et ne pas tourner autour du pot.

« Pour être honnête, je cherche quelqu'un. Une kunoïchi de votre village. »

Ma voix semble s'éteindre après cette déclaration, j'ai encore la gorge nouée lorsque je parle d'elle, ce souvenir lointain qui me hante est néanmoins la seule raison de ma venue ici et de ma survie dans des conditions précaires durant toutes ces années. Pour nous, Ame'jins, la reconstruction fut encore plus fatale que la guerre, les dirigeants ont tout misé sur le conflit et l'alliance avec l'Akatsuki, à la fin de la quatrième grande guerre nous n'avions plus rien, même plus un espoir. La famine a frappé le village, les Shinobis de l'alliance ont rasé nos logements en les incendiant pour "éliminer les dernières vermines". Depuis ce temps, je suis en cavale à sa recherche.

Je pousse un long soupir pour exprimer à la fois mon ennui et ma gêne, sûr que si elle me voit dans cet état là, elle va penser que je suis venu juste pour échapper aux difficultés du monde extérieur. Vivre seul, en fuite, ce n'est pas facile tous les jours. L'homme est bien cruel, il traque les siens pour des raisons idéologiques...Pour moi cela n'a aucun sens, à raisonner comme ça on finira tous comme Pain, celui qui se proclamait Dieu d'Ame. J'ai longtemps considéré la solitude comme un fardeau, aujourd'hui elle est devenue comme une habitude pour moi, je vis tous les jours à ses côtés sans broncher. Depuis ma fuite, je n'ai pas revu un seul de mes anciens compagnons d'arme, Gen est parti loin de notre pays natal après la dissolution de l'organisation, il ne me reste plus rien.

Les missions s'enchaînent, les jours se ressemblent et mon corps supporte l'affliction que je lui octroie avec mes entraînements réguliers et les ordres de mission mais je n'ai guère le choix, si je ne gagne pas d'argent je ne peux pas continuer à vivre. Et encore, on me paye des miettes à cause de mes origines, parce que je devrais être reconnaissant au système de l'alliance de me donner du travail alors que je devrais être les six pieds sous terre depuis que la bataille a cessé. Certains me rappellent encore que je suis un intrus pour la société, une vermine qui a collaboré avec l'Akatsuki. Je ne réponds pas aux menaces, j'ai appris à m'endurcir et à prendre sur moi, aujourd'hui je veux juste avoir une vie normale, même pas de gloire ou d'honneur.
Yondaïme Tsuchikage
Yondaïme Tsuchikage



Nombre de Messages : 161
Localisation : Dans le Pays des Bisounours ;)
Date d'inscription : 06/04/2011



Passeport Ninja
Grade: Nukenin de Rang S
Points d'Expérience:
93/1000  (93/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Dim 17 Fév - 8:23
Ma conscience blâmait les dirigeants d'Amegakure, mon cœur les plaignait. Je sais combien il est difficile de voir la terre qui nous a vu naître confiée aux mains cruelles de la guerre et de la souffrance, pire encore de le voir sombrer dans l'abîme de la décadence.

J'en ai fait l'expérience, en tant que nukenin de Kirigakure, ma vie se résumait à vagabonder de pays en pays cherchant désespérément des contrats, des missions mais ma réputation était à la hauteur de l'aversion qu'avait les autres à l'égard de mon ancienne patrie. Les gens ne désiraient pas vous connaître, ni savoir pourquoi vous êtes parti de votre village, moi je suis parti dans l'esprit de renouer avec la Paix, chose que je ne trouvais pas en ces marécages boueux. M'échapper de cette perpétuelle tyrannie dans laquelle sombrait ma terre natale. Ces moments furent difficiles, mais je sus trouver cette aspiration auprès du village caché d'Iwa, même si lui aussi était mal réputé, il était celui( qui se souciait d'une certaine paix, même au travers d'idées relativement dures à assimiler.

Non, mes premiers pas dans ce village ne furent pas faciles, non, on ne connaît personne, on a toujours cette peur de mal-faire, de ne pas suivre les idéaux et les valeurs qui sont inculqués ici, en ces lieux. Mais je fus vite apaisé par les enseignements de celui que j'appelle désormais père. Cette illusion de paix, n'avait pas de limite chez moi, tellement qu'elle créa une certaine naïveté de mon esprit, je tendais à croire que tous les plans qui parlaient de paix étaient sans failles mais certaines secousses me tirèrent dans la réalité. Celle créée par la race humaine, que le sang et la souffrances sont des alliés de taille dans ce grand périple. Je voulais créer une humanité vivant dans l'unité, que nos actions raisonnent en chœur parfait et dans une belle harmonie ; beaucoup de ces pensées restaient secrètes et se limitaient à ma simple méditation journalière.

Je repris mes esprits, je devais concentrer mon attention sur ce jeune Amejin qui avait frappé à notre porte. Sa voix se porta sur moi, il entama avec des présentation. Son allure me paraissait agréable, il me saluait avec le respect qu'imposait mon rang, cette situation était la preuve concrète qu'il ne désirait pas faire de mal à notre nation :

- Je suis Shintô du clan Hôtobi. Mon nom ne doit sans doute rien vous évoquer mais passons...

Un léger sourire se dessina sur mon visage. Le Clan Shintô était l'un des nombreux clans que je servis dans l'ombre durant ma quête de Paix et de vie. Ces personnes m'apparurent comme des gens protégeant la paix, mais encore une fois, ce sont des bribes de pensées subjectives. Je le laissais continuer, je me devais de savoir ses motivations, le regard de ce jeune homme transperçait mon être ... comme si sa réponse se gravait dans ma tête et m'appelait à revivre mon vécu ... mes premières passions, mes souffrances dues à l'absence de l'être aimé. Son esprit rentrait en contact avec le mien :

- Pour être honnête, je cherche quelqu'un. Une kunoïchi de votre village.

Mon don héréditaire ne s'était pas trompé. Toutes ces passions qui envahirent mon esprit naissaient de l'intention de mon interlocuteur. La personne que recherchait le jeune Hôtobi était sans nuls doutes un amour. Deux êtres séparés par le monstre qui soit en ce monde. Mes lèvres bougeaient toute seules, j'avais saisi la raison de sa venue en ce village :

- Je sais que vos intentions ne sont pas mauvaises Shintô-san, si vous me permettez de vous appeler par votre prénom. J'ai déjà vécu la perte et la distance avec un être aimé, je sais combien il est dur d'accepter et de taire ce sentiment de manque. Si le destin vous a poussé à passer nos portes, c'est que cette personne doit être en ces murs ...

Je marquai une courte pause pour prendre une inspiration et je lui dis aussi :

- Vous le comprendrez avec le temps j'en suis certain. Je ne suis pas un Kage comme les autres, je comprends tout ce pense le genre humain et je le ressens, il est absolument inutile de me mentir car je sais ce qui se passe dans votre tête.

Je fis signe aux gardes de s'éloigner, afin que je puisse l'aider comme il se doit, je devais dévoiler un secret que nul ne sait au sein de ce village. Ils m'écoutèrent et utilisèrent une technique de déplacement instantanée, ils disparurent comme par enchantement dans un délicat nuage de fumée blanche. Je poursuivis mon récit :

- Mon vrai nom est Suijin Yunokawa Ryûtenbin. Je suis natif du clan Yunokawa de Kirigakure, nous manions les six sens humains et mon esprit a choisit de se développer vers la voie notre sixième sens, je me suis entraîné dans cette voie très difficile et il m'est aisé de savoir certaines chose chez les personnes qui réclame mon aide. Je comprends votre douleur, et je sens que je peux vous aider. Toutefois, il n'est pas dans mes habitudes d'aider une personne qui nous est ennemi. En échange de cette aide, je vous offrirai travail, il est évident que si cette part du contrat n'est pas respectée, vous devrez être justement puni par mes soins.

Je ne sais pas si je suis juste en proposant cela. Mais je savais au plus profond de moi que cela pouvait l'aider, autant lui que moi. Je lui dis signe de marcher en ma compagnie, nous avions tant à nous idre, je le pressentais.
Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Dim 17 Fév - 9:38
Il y a longtemps que l'on a pas fait preuve d'autant de compassion avec moi, d'ordinaire les gens les plus généreux se contentent de me donner un peu de pain dur et une gourde d'eau pour ne pas avoir mauvaise conscience. Je terminais alors mon "repas" et reprenais la route silencieusement, j'ai toujours crû être un Shinobi qui n'a sa place nulle part depuis la déchéance de mon village, Mizoe est devenu dès ce moment là mon dernier espoir, la seule raison pour laquelle je me suis rattaché à mon existence de misère. Lorsque je me présente à mon interlocuteur, il me répond par un sourire pour une raison que j'ignore encore, mais ce n'est qu'un détail..enfin je crois. Je marque une courte pause et annonce en toute honnêteté les raisons de ma venue, c'est ainsi que commence vraiment ma discussion avec le Tsuchikage.

Je reste bouche-bée face à ses révélations, je ne sais pas par quel miracle il a su déceler ce qu'il y a au plus profond de mon coeur. Cela paraît invraisemblable mais il est capable de voir ce qu'il y a de meilleur en moi, l'amour que je n'ai jamais osé m'avouer à moi-même. Dans un sens, je suis parfaitement conscient des sentiments que j'éprouve à son égard, mais dans un autre je ne suis pas moins qu'un Ninja au sens de l'honneur bien prononcé, depuis que je suis obligé de prendre sur moi on m'a toujours inculqué des valeurs se basant sur le code des Shinobis. Bercé de haine, d'ignorance, nourri de rêves de revanche, ces paroles ont bercé mon enfance et ont fait de moi l'adolescent que j'étais au moment où je suis devenu aspirant. La guerre et mes multiples expériences m'ont permis de tirer des conclusions de ce que l'on m'a appris, c'est donc peu après mes quinze ans que je me suis rendu à l'évidence que je me suis fourvoyé sur toute la ligne.


Il reprend son souffle, je n'ose toujours rien dire face à ces paroles débordant de véracité, il continue alors à m'expliquer qui il est. Pour commencer il me parle de ses capacités sensorielles, d'après ses dires il pourrait lire dans mon esprit, c'est sûrement un pouvoir qui aurait intéressé Pain, celui qui se proclamait Dieu. Le Kage fait alors signe à ses hommes de s'éloigner de nous, ils s'exécutent sans broncher, l'homme revient alors à ses dernières paroles. Il me raconte en quelques phrases son histoire, dès le début son passé m'intrigue...Yunokawa, ce nom me dit quelque chose, n'aurait-il pas un quelconque lien avec cette femme issue de Kiri contre qui j'ai dû mener un bref combat ? Je me souviens avoir pris la fuite, je ne voulais pas de cet affrontement, j'ai préféré rentrer sans triomphe et ne pas prendre une vie simplement parce qu'on me l'a ordonné, je ne suis pas ce genre d'homme.

Son élan de compassion me réchauffe le coeur, en plus de m'aider à retrouver Mizoe, cet homme me propose également un travail, c'est sûrement la fin d'une existence menée dans la précarité, même si j'aime ma patrie - Ame - je ne peux refuser une telle offre. Peut-être qu'ici je vais enfin pouvoir vivre en paix, est-ce ici que le destin cesse de me maudire ? Le dénommé Suijin me fait signe de le suivre, je réponds à ses ordres et continue de marcher à ses côté, il attend sûrement que j'en dise autant à mon sujet même s'il a dû deviner pas mal de chose grâce à ses capacités héréditaires.

« Je ne sais pas comment vous remercier...Vous êtes entrain de me proposer tout ce dont un homme a besoin. Un travail, une patrie, des compagnons et...Enfin voilà. Après avoir passé ces quatre dernières années à parcourir le continent dans la misère je... »

Je baisse la tête, je n'arrive même plus à formuler une phrase correcte tant je suis ému par son geste. Je ne sais pas où nous allons, sans doute à son bureau pour régler les derniers détails administratifs, mais nous continuons à marcher lentement. Le temps semble s'être arrêté autour de moi, je crois que je n'ai plus été aussi heureux depuis un long bout de temps, si j'avais la force de pleurer je crois que je le ferais...Mais cela fait des années que je n'ai pas versé de larme malgré le manque omniprésent autour de moi.

Maintenant je suis presque certain d'avoir trouvé ma voie, c'est ici que je me vois construire un avenir et pourquoi pas refonder mon clan. Mais ce n'est pas ce qui me préoccupe le plus, je suis un peu nerveux quand même. Si j'ai trouvé une situation stable, confortable au sein de ce village, je suis assez anxieux à l'idée de revoir Mizoe...Après tout, je ne connais ni ses amis, ni sa famille, comment vont-ils réagir en sachant qu'elle a eu une "liaison" avec moi. Et elle...L'éventualité qu'elle m'ait oublié me pèse de plus en plus sur la conscience, enfin bref...Je verrai bien. Je constate que mon interlocuteur a cessé de marcher, je fais de même et lui demande directement s'il sait où elle se trouve, même s'il y a peu de chance qu'il la connaisse personnellement.

« Concernant ma requête...La personne que je cherche, se nomme Mizoe Inakoe. Je sais que c'est stupide de dire ça, en tant que Kage vous avez d'autres choses à faire que de retenir le nom de vos Shinobis enfin c'est juste que ça me pesait de le dire. »

J'ai prononcé cette phrase à une vitesse hors du commun, je ne suis même pas sûr qu'il ait réellement compris ce que j'ai dit. En tout cas, je crois que mes joues ont légèrement rosies, j'espère qu'il ne me jugera pas trop là-dessus.
Yondaïme Tsuchikage
Yondaïme Tsuchikage



Nombre de Messages : 161
Localisation : Dans le Pays des Bisounours ;)
Date d'inscription : 06/04/2011



Passeport Ninja
Grade: Nukenin de Rang S
Points d'Expérience:
93/1000  (93/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Lun 18 Fév - 7:04
La pleine lune baignait le village et ses allées dans ses rayons blancs, l'air était frais propice aux nouvelles rencontres. Je pus voir dans les yeux de mon interlocuteur tout le trouble qu'avait provoqué mes paroles, c'est vrai, il est très déstabilisant de voir quelqu'un pénétrer ainsi de votre cœur, lisant et vivant la moindre émotion. Ce don que j'avais développé était l'héritage que m'avait légué mon grand père qui n'est personne d'autre que le fondateur de mon clan et le Shodaïme Mizukage, le légendaire et droit Yunokawa Eïsuke.

Mon grand père était devenu maître dans l'art de lire et ressentir les émotions, il les transformait en force et guidait les esprits perdus à retrouver leurs chemin, ce don lui avait donné un sens aigu de la justice, appliquant ses décisions en parfait égalité avec les faits. C'était quelque chose que je m'efforçais d'entretenir, car je sais intimement que mon don héréditaire peut apporter bien de choses en ce monde bondé de sentiments négatifs. Je sentais que cet Amejin était perdu, le destin l'avait poussé vers moi, qui pourrait l'aiguiller dans les méandres de l'amour et de la paix. La Paix ? Pour un être humain, c'est tout simplement de vivre en harmonie avec les objectifs qu'il s'est fixé, tout ce que recherche un être humain c'est la stabilité et la sérénité.

C'était quelque chose que moi même je recherchais en premier, quand je m'enfuis de mes marécages natals. Le village d'Iwa sut me donner : un toit, un travail, des amis et de véritables objectifs, écartés du chemin ensanglanté que se sont donné quelques êtres haut dans cette société. Shintô et moi-même avançons dans le village, nous marchons d'un pas lent en ces lieux endormis. Il est clair que sa venue en ce village devra rester inaperçu et son origine devra être caché, tout comme le Sandaïme le fit pour mon cas. Il me regarda puis dit tandis que mon regard ne pouvais se détacher de la lune qui brillait devant moi, s'alignant avec ma tour :

- Je ne sais pas comment vous remercier...Vous êtes entrain de me proposer tout ce dont un homme a besoin. Un travail, une patrie, des compagnons et...Enfin voilà. Après avoir passé ces quatre dernières années à parcourir le continent dans la misère je...

Un nouveau sourire remplit de chaleur se dessina à nouveau sur mon visage vieillit, sa réaction me touchait. Je sentais dans son cœur cette reconnaissance qu'il éprouvait; c'était comme une douce brise qui vous disait enfin : "vous êtes utile", le fait d'aider des personnes dans la difficulté emplissait mon cœur d'une joie intense. Je me contentais de lui dire, toujours avec ce doux sourire :

- Seulement votre reconnaissance me suffira ainsi qu'une loyauté sans faille. Rien que le fait d'aider des personnes perdues me rend déjà fou de joie. Les autres Kage, gèrent leur village par intérêt, moi je gère le mien avec mon cœur qui est tourné vers un seul désir : la Paix et la Justice. Rendre la paix à quelqu'un est certainement le plus beau des cadeau qu'un dirigeant peut offrir à un shinobi.

Tout ce que je disais venait tout droit de mon cœur, il n'est pas plus beau don de rendre tranquille un esprit tourmenté par différents événements qui lui arrive ; c'était ma façon de vivre et les différents objectifs que je m'étais fixé. Nous nous dirigeâmes vers l'administration du village, il fallait que je fasse des papiers pour l'accepter parmi nos rangs : lui inventer une histoire, un nom, une excuse de son retour au village. Il sembla encore une fois troublé, mais heureux, je le sentais ... il dit alors, les joues rosies par la timidité, cette aspect de sa personne était quelque peu touchante, un shinobi s'exprimer ainsi était la preuve que sa carapace faite d'honneur et de code tombait enfin pour se livrer :

- Concernant ma requête...La personne que je cherche, se nomme Mizoe Inakoe. Je sais que c'est stupide de dire ça, en tant que Kage vous avez d'autres choses à faire que de retenir le nom de vos Shinobis enfin c'est juste que ça me pesait de le dire.

Nous nous arrêtâmes, il avait dit cette phrase à vitesse telle que sa pensée avait du mal suivre la cadence. Un léger ricanement plein de bon sentiments sortit de ma bouche, je pense que de tous les Kage, je suis celui qui connaît le mieux ses troupes et ses forces. Je lui dis alors, en mettant mon chapeau de Tsuchikage sur la tête :

- Oh non ! Ce n'est pas stupide. Chacun des shinobi de ce village sont une pierre qui composent cette grande famille qui est notre village. Je connais chacun des noms de ceux-ci ainsi que leurs compétences. Mizoe-san ? J'ai accompli de nombreuses missions avec cette jeune femme, un grand talent et un grand cœur.

Je fis une courte pause, histoire de reprendre mon souffle. Nos deux corps ne faisaient qu'un, je sentais ce poids qui partit tel une plume hors de son corps :

- Malheureusement, Mizoe-san est en mission diplomatique de longue date, cela fait des mois qu'elle est partie. Je n'ai pas eu encore de nouvelle de son arrivée, mais n'ayez crainte Shintô-san, elle est encore en vie et son coeur bat toujours et battra toujours pour vous. Il n'y a rien de plus puissant que l'amour, soyez en certain.

C'est vrai, Mizoe était en mission diplomatique afin d'assainir les relations avec les différents pays civils. c'était mon projet depuis le début, je voulais dynamiser l'économie de mon pays au travers de diverses relations et de traités. Pour ce faire, notre seigneur m'accorda une partie de son pouvoir en la matière, nos deux factions ne faisaient presque plus qu'une, nos deux commandements opéraient en harmonie, chose que Tsuchi no Kuni n'a jamais vu ...

J'espérais fortement que ce que je disais, apaiserait l'âme de mon interlocuteur, qu'il retrouve sa tranquilité d'esprit, et je comptais bien l'aider sur ce chemin ...

Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Mar 19 Fév - 3:40
Mon coeur fait un bond au moment où le Tsuchikage m'annonce que seule ma reconnaissance et ma fidélité suffirait à payer ma dette envers lui, évidemment que je resterai loyal à ce village. Qui serait assez stupide pour trahir quelqu'un qui vous donne tout ce qu'il faut pour subvenir à vos besoins alors que vous partez de quasiment rien ? Je lui adresse un sourire puis regarde au loin, je n'étais encore jamais venu ici malgré toutes mes missions, ça me fait quand même bizarre, voir tous les endroits où Mizoe a pu aller depuis son enfance. Paix et justice, ce dont parle mon interlocuteur me fait presque frémir, il tient le même discours que Pain il y a quelques années, alors qu'il m'avait promis son enseignement avant de me rejeter comme un malpropre parce que j'avais refusé de partir me battre sur le front avec mon équipe, je ne voulais pas impliquer mes élèves dans cet atroce combat qui les concernait sûrement moins que moi.

Naetle, je me demande ce qu'est devenu ce gamin si naïf au moment de notre rencontre, je l'ai sauvé de la rue et de la famine en lui proposant de venir travailler pour Ame gakure no satô. Peut-être n'a-t-il jamais servi le dictateur avec la foi qu'il réaliserait ses souhaits mais au moins, il a pu avoir une situation stable durant quelques temps. Nous avons cessé de nous voir à la fin de la guerre, peut-être qu'un jour il recroisera ma route et me traitera de traître, j'en sais trop rien. Enfin, j'imagine qu'il a raison dans un sens, contrairement à ce que j'ai toujours affirmé je ne serais pas resté dans mon village jusqu'à la fin, mon destin est toujours lié à ce pays, je ne peux nier que je l'aime toujours mais si mes pas m'ont guidé ici c'est qu'il y a une raison.

J'émets un rire franc à l'instant où l'homme qui me fait face me décrit Mizoe comme étant une jeune femme au grand talent et au grand coeur. Pour la dernière partie de l'affirmation, je ne peux le nier, elle a été la première à reconnaître que je ne suis pas un Shinobi de la pluie comme les autres, la première à me voir comme un être humain au lieu d'un ennemi. Mais en ce qui concerne le grand talent, je pouffe encore de rire à l'évocation de notre première rencontre. C'était une après-midi d'hiver sur les plaines désertes qui bordent le pays du Feu et jouxtent celui de la pluie, il n'y avait que nous et...nous nous sommes retrouvés au milieu d'une tempête de neige, à l'époque nous n'étions encore que deux adolescents qui cherchaient notre voie. Mais il semblerait que je ne puisse pas encore la voir pour le moment, le dirigeant du village m'annonce en effet qu'elle est partie depuis de longs mois dans l'intérêt d'une mission diplomatique. Je reste silencieux jusqu'à ce qu'il me clame de belles paroles sur l'amour.

« L'amour...C'est donc ça qui m'a conduit jusqu'ici. Je crois bien que je suis fou, je cours après quelque chose qui m'a été refusé depuis tant d'années. »

Il est vrai que lors de ma dite scolarité, j'ai appris à me battre, à rester éveiller durant des jours sans dormir ni manger, j'ai été éduqué pour devenir une arme et aujourd'hui, je me retrouve à chercher un sentiment qui a été annihilé dans mon esprit depuis que suis devenu un Ninja. C'est dur pour moi de savoir ce que je ressens vraiment, pour devenir Chûnin j'ai dû fermer mon coeur jusqu'à me rendre insensible mais je n'y suis pas parvenu, aux yeux de Pain j'ai été un échec en tant que disciple. Alors qu'une douce brise souffle sur nous, je laisse mon regard s'éloigner au loin, mes lèvres s'entrouvrent alors toutes seules pour prononcer une question qui me trotte dans l'esprit depuis longtemps mais que je n'ai jamais posée à personne.

« Dites-moi...s'il-vous-plaît. Qu'est-ce qu'un Shinobi ? »

Le calme revient après mon interrogation, je vois mon interlocuteur me regarder légèrement sceptique, il semble réfléchir à la question durant un moment avant de m'y répondre. Les mains dans les poches, je regarde en l'air tout en écoutant sa réponse. C'est assez étrange, mais je me sens confiant avec quelqu'un qui possède le don d'empathie, je suis conscient qu'il peut lire en moi et pourtant ça ne me dérange pas plus que ça au final. Peut-être même que cela pourra m'aider pour comprendre qui je suis vraiment car oui, à plus de vingt ans désormais je n'ai toujours pas trouvé qui je suis dans ma nature profonde.
Yondaïme Tsuchikage
Yondaïme Tsuchikage



Nombre de Messages : 161
Localisation : Dans le Pays des Bisounours ;)
Date d'inscription : 06/04/2011



Passeport Ninja
Grade: Nukenin de Rang S
Points d'Expérience:
93/1000  (93/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Jeu 21 Fév - 4:34
Nous marchâmes toujours en direction de mon lieu de travail et de résidence de qui plus est. Nos pas résonnaient dans les rues endormies du village, il n'y avait personne seul, peut-être, les quelques oiseau de nuit sortis s'amuser ou tout simplement oublier les tourments quotidien. Je trouvais que l'être humain était très doué pour s'inventer des problèmes et voir le mal là où il n'est pas, pour lui la méfiance est une douce sécurité qui le berce dès son entrée dans la vie d'adulte.

Les séances quotidienne de médiation que je m'offrais, me donnait du recul sur cette nature et m'aidait grandement dans mes objectifs de paix. Si les gens abandonnent cette carapace faite de méfiance et cette illusion de sécurité alors l'environnement sera propice à ce qu'un climat harmonieux et paisible s'installe. Cet idéal ressemblait fortement à celui du Dieu de la Pluie : Pain ... un homme que j'ai croisé, puis affronté, sa puissance était terrifiante et inspirait terreur et d'autres émotions négatives. J'ai perdu lors de cet affrontement, ce dieu m'épargna, pourquoi ? Je l'ignorais toujours.

Nos pas résonnaient toujours en chœur dans les rues tranquilles du village, parfois nous entendîmes un soupçon de musique, parfois c'était les cris de personne un peu ivre qui se battaient. Je sentais que ce jeune homme était troublé par mes paroles, surtout celle concernant l'Amour, peut-être que ce point de vue peut vous paraître crédule mais il est vrai, si les cœurs de deux personnes battent à l'unisson alors, ils se retrouveront toujours ; c'était ce en quoi je croyais. Ainsi, de fil en aiguille le jeune Amejin me dit alors :

- L'amour...C'est donc ça qui m'a conduit jusqu'ici. Je crois bien que je suis fou, je cours après quelque chose qui m'a été refusé depuis tant d'années.

Ma réponse fut immédiate :

- L'amour est en chacun de nous. Ces dirigeants attachés à leurs intérêts monétaires et futiles peuvent formater un homme autant qu'il le veut, il ne supprimera jamais la capacité d'un humain à aimer et c'est ce qu'il est entrain de vous arriver et c'est une bonne chose, cet amour que vous avez en vous vous poussera à des limites encore inconnues et vous rendra encore plus puissant que vous ne l'êtes.

Mon avis sur ce genre d'entraînement était catégorique. L'amour rend puissant et sous toutes ses formes que ce soit un amour pour son village, pour un être, pour un ami, le résultat est le même : on se surpasse pour protéger ceux qu'on aime. J'ai reçu moi même une éducation dure et privée d'amour, car le village de la Brume d'avant n'était celui actuel, nous ne laissions que très peu de place aux sentiments ... on essayait de nous supprimer cet chose si précieuse qu'est notre conscience mais je partis à temps avant que celle-ci ne soit supprimer et me permette de tuer sans aucun regret.

Pleins questions arpentaient la tête de mon interlocuteur et la question qui suivit me posa bien des soucis. D'ailleurs cette question fera l'objet d'une mes méditations quotidienne. Cette question je la savais naturellement, il devait sentir que j'étais la personne qui saurait lui répondre au mieux et dans un point de vue emplit de recul. Cette question, elle me vint d'instinct comme tout ce que je ressens, elle me saisit le cœur, puis le cerveau, cherchant une réponse dans tous mon être. Elle s'éparpillait, puis se réunissait c'était quelque chose de dure à dire, à exprimer ... la question arriva alors aux lèvres de Shintô :

- Dites-moi...s'il-vous-plaît. Qu'est-ce qu'un Shinobi ?

Sa voix exigeait une réponse de suite, mais mon esprit ne pouvait satisfaire cette exigence. Cette question avait de multiples réponses, elle pouvait être vue de tellement d'angles, de tellement de façon. Il fallait que je lui donne une réponse qui lui était adaptée, qui lui rendrait cette paix intérieure si cher à l'être humain. Mes lèvres bougèrent toutes seules, mon chapeau ombrait mes yeux :

- Shintô-san, cette question a beaucoup de réponses. Je vais vous donner la mienne, celle qui guide mes pas à chaque instant de ma vie. Il existe deux voies dans l'art d'être un shinobi d'abord : l'Ombre, tuer, espionner, être utiliser par quelqu'un qui domine son armée et c'est cette voie que beaucoup d'entre nous choisissent car c'est celle qui sert les intérêts.

Ma voix marqua une pause, l'autre partie de la réponse correspondait plus à mes idéaux, c'était la voie que mon esprit avait choisit. Je repris ainsi, d'un ton sérieux et toujours avec cette chaleur qui caractérisait notre conversation :

- Et il y a la voie de la Lumière. Celle qui vous motive à utiliser votre humanité pour mener à bien les missions qu'on vous donne, elle ne sert pas les intérêts des autres, elle est bien plus que ça, elle nous prouve que nous sommes humains et que nous pouvons vivre en harmonie avec les autres. L'honnêteté, la bravoure et la loyauté la caractérise. On peut très bien remplir des missions que nous donnent les dirigeants qui ont emprunté la voie de l'Ombre ... en restant loyal et restant conscient que nous sommes humains.

Un nouveau sourire se dessina sur mon visage. La voie de l'Ombre était la plus facile à assimiler car beaucoup de gens choisissent cette voie et c'est devenue celle là qu'on nous impose. Il faut un dur travail mental pour changer enlever ces habitudes et ces pensée qui nous ont été données par des gens dont les seuls intérêts primaient. J'ai eu moi-même du mal à prendre conscience que la voie de la Lumière était celle qui m'était destinée, il fallut que je supprime de ma tête toutes les pensées formatées par le tyran historique de la Brume :

- Ne t'inquiètes pas Shintô-san, c'est peut-être dur à assimiler mais en réflechissant sur ça, tu verras quelle voie t'es destinée.
Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Ven 22 Fév - 7:27
L'amour, il paraît que c'est ce qui rend plus puissant que la haine, au début je n'y croyais pas mais la réalité m'oblige à mettre le doigt dessus, il est vrai que ce n'est pas ma rancoeur envers les autres qui m'a maintenu en vie depuis mon départ d'Ame gakure no satô mais bel et bien les sentiments que j'entretiens pour la jeune femme d'Iwa. Lorsque tout allait mal c'est à elle que je pensais, je réalise alors que je suis sur le point d'atteindre l'objectif que je me suis fixé depuis notre dernière rencontre...Il y a cinq ans. La retrouver a presque été aussi difficile que de survivre à cette guerre dévastatrice, nombreux sont les sacrifices que j'ai dû commettre pour en arriver là. Maintenant je suis prêt à m'engager à mener une vie honnête, loin des contrats de trahison où d'assassinat.

Même si le temps a réussi à atténuer la douleur, il m'arrive de songer aux deux comparses que j'ai dû abandonner sur le front parce que c'était ma mission, ils ont servi d'appâts pour attirer les Kiri'jins vers eux pendant que les forces de l'alliance des ténèbres s'infiltraient dans le village. Suite à cela j'ai été nommé général de guerre, il était dans mon droit de diriger des opérations mais jamais je n'ai bénéficié de mon statut, je ne voulais pas sacrifier des vies inutilement alors j'ai préféré me consacrer à mes élèves. Parmi les trois, Naetle fut celui qui est resté le plus longtemps avec moi...Je me demande ce qu'il dirait s'il savait que je suis ici haha, vaut mieux pas qu'il le sache en fait. Après une courte pause, nous finissons par reprendre notre route, je le suis toujours aussi aveuglément, la confiance que je place en cet homme est absolument extraordinaire.

On peut dire que malgré mon jeune âge j'ai déjà connu bien des difficultés au cours de ma vie, néanmoins je ne m'étais toujours pas mis d'accord avec moi-même si la définition de Shinobi, c'est pour cela que j'interroge mon interlocuteur afin que nous y réfléchissions ensemble. Il finit par m'offrir la réponse que je cherchais, à quelques détails près. Pour lui un Ninja se résume à l'ombre et la lumière, on peut choisir l'un aussi bien que l'autre selon nos aptitudes et nos préférences. En m'expliquant les deux cas, je ne nie pas que j'ai longtemps suivi le chemin de l'ombre, j'ai tué et espionné dans mes intérêts et ceux de mon village même si ça ne me plaisait pas forcément.

« Y-a-t-il un intermédiaire entre les deux ? J'ai toujours pensé que, quelque soit la nature d'un homme, il ne pouvait pas être complètement noir..ni complètement blanc. Encore moins s'il agit en tant que Shinobi. »

C'est un véritable débat qui s'installe dans notre conversation, depuis que je vis seul j'ai pris conscience de nombreuses choses, tant abstraites que concrètes, c'est ce qui me permet de comprendre les autres. Même le plus horrible de mes adversaires a toujours fini par faire preuve d'humanité, parfois je me dégoûte lorsque j'enlève la vie d'un homme. Je regarde autour de moi et observe le décor, ma bouche s'ouvre alors une nouvelle fois et pose une autre question :

« Où allons-nous ? »

Je ne connais pas cet endroit, il pourrait tout aussi bien me guider vers la prison ou l'abattoir je ne le saurais pas ! Mais je pressens qu'il ne me veut pas de mal, je reste donc confiant mais j'attends une réponse à mon interrogation, la vie m'a appris à toujours vouloir savoir où je mets les pieds. Beaucoup de Shinobis m'ont trahi durant ma carrière, la plupart par simple lâcheté mais d'autres pour des raisons encore plus infâmes. Alors qu'il me répond tout aussi calmement que précédemment, je m'atèle à la charge de l'observer, maintenant que nous sommes dans un coin un peu plus ombragé je peux distinguer son visage.

Il porte un cache-oeil, c'est la première chose que je remarque chez lui, sinon il n'est pas très différent des autres gens que j'ai pu rencontrer. Je crois qu'il est un peu plus grand que moi, il revêt la tenue traditionnelle des Kages ce qui me rappelle mon entretien avec le Sandaïme Hokage qui m'a sauvé de la rue alors que je n'avais que huit ans. Ainsi, même si j'ai plusieurs fois failli baisser les bras il y a toujours quelqu'un qui est venu à ma rescousse me tendre la main, j'ai encore souvenir de ces douces nuits d'été passées le long de lu lac situé à quelques centaines de mètres du village caché des feuilles. Seul, j'allais observer les étoiles, songeant tout aussi bien au passé qu'à l'avenir.

Yondaïme Tsuchikage
Yondaïme Tsuchikage



Nombre de Messages : 161
Localisation : Dans le Pays des Bisounours ;)
Date d'inscription : 06/04/2011



Passeport Ninja
Grade: Nukenin de Rang S
Points d'Expérience:
93/1000  (93/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Ven 1 Mar - 11:39
La direction que nous prenons ? Bonne question. D'un point de vue physique nous marchâmes en direction de mon manoir où encore d'irréductibles adeptes du travail brassaient les papiers qu'ils avaient en retard. D'un point de vue moral, je ne savais pas où nous mettions les pieds cette direction était floue pour moi, mais je savais au fond de moi qu'il fallait que je guide ce jeune homme dans sa quête d'amour et de réponses.

Nous passâmes ponts de cordes, rues faiblement éclairées, les paysages étaient assez variés dans ce village qu'était mien, pleins de sons vinrent à nos oreilles qu'ils soient humains ou animaux, la nature chantait en chœur. Une douce brise nocturne vint caresser mon visage faisant virevolter les longs voiles qui dépassaient de mon chapeau, découvrant peu à peu mon visage. Quand je regarde les autres dirigeants, bon nombre d'entre eux ont opté pour la sombre voie, et ont entraîné les autres ninjas dans cette débâcle qui engendre bien des maux. Cette voie, jadis, je l'avais empruntée. Oui, le Tsuchikage qui prône cette idée et voie qui lui est si chère, a eu un chemin obscur.

En effet, j'ai accompli beaucoup d'assassinats, de missions d'espionnages, de choses dont je n'étais pas très fier. J'avais oublié que je pouvais être humain et éprouver de la compassion voir de la sympathie, la vie dans ce village qui est désormais ma maison ainsi que les valeurs transmise m'ont remis sur le chemin qui m'était destiné. Il ne faut pas désespérément le chercher, il faut simplement suivre ce que nous dit notre cœur et de là, nos actes et notre façon de penser ouvrira la voie, quelle qu'elle soit. Le jeune homme que j'avais à mes côtés, avait le regard vide, ses yeux divaguaient, inspectant les moindres détails de ce village constitué uniquement de pierre uniformes. Soudain, il ouvrit la bouche et ce fut tout un débat qui se profilait :

- Y-a-t-il un intermédiaire entre les deux ? J'ai toujours pensé que, quelque soit la nature d'un homme, il ne pouvait pas être complètement noir..ni complètement blanc. Encore moins s'il agit en tant que Shinobi.

Ce jeune garçon avait les mêmes pensées que moi quand j'avais son âge. Avec encore un autre de mes sourires je lui dit alors en réponse à ses questions :

- Il n'existe aucun intermédiaire. J'ai suivi, jadis, la voie que m'avait tracé le Yondaïme Mizukage qui était plus qu'ombragée, mais en me dérobant à eux, j'ai suivi la véritable voie qui m'était destinée et ce depuis ma naissance : la Lumière. La notion de Ying et de Yang est conçue pour ce genre de façon de penser ... qu'en toute chose néfaste réside une part de bien et inversement ... j'ai eu ma part d'ombre et je pense que toi aussi.

Le fait de savoir clairement quelle voie nous est destinée est une tâche très dure. Il faut faire un travail mental conséquent au travers d'immenses réflexions sur soi et son comportement. Mon don héréditaire m'a aidé grandement dans cette quête. Je poursuivis ainsi mon dialogue avec cet enfant de la Pluie :

- Les shinobi, sont en général des êtres de l'Ombre car il ont fait passer les intérêts avant toutes chose et ce à travers les âges. Les clans ont cessés de se battre pour créer les villages parce qu'ils avaient des intérêts communs. Mais je tends à croire que nous sommes capable de servir la Lumière comme je le fais ici, à Iwagakure.

Une fois cela dit, je constatais que le jeune homme m'écoutait avec attention, ce n'était pas déplaisant. Nous continuâmes à marcher à travers le village qui paraissait de plus en plus endormi à mesure qu'on approchait de ma demeure, c'est vrai que dans ce quartier un couvre-feu est mis en place pour éviter toutes les entrée par effraction dans le bâtiments central. Le jeune homme sortit encore une fois de son silence et dit d'une voix claire :

- Où allons-nous ?

Cette question ... tout le monde aime savoir où ils vont, pour mieux anticiper les aléas de la vie afin de souffrir le moins possible. Même si nous avions entamés une discussions plutôt sympathique , je sentais que ce jeune homme se méfiait, ce qui était normal, ce n'est pas commun qu'un Kage vous entraîne au fin fond de son village alors que vous êtes déserteur. Non, je n'allais pas en faire un prisonnier, surtout après lui avoir raconté toute ma philosophie. Encore une fois ma voix se fit entendre :

- Nous allons dans mon bureau. Nous avons des formalités administrative si tu veux travailler, bien sûr il va falloir cacher le fait que tu viens d'Amegakure sinon je vais me faire taper sur les doigts par le conseil.


[Panne d'inspi' sorry]
Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   Sam 2 Mar - 12:11
Aucun intermédiaire entre les deux ? Cela voudrait donc dire que je n'ai pas encore trouvé ma voie à l'instant même où je parle, je suis encore coincé entre deux visions du monde et seule l'expérience me permettra de déterminer à laquelle j'appartiens dans le fond. Je ne suis pas le genre d'homme à me laisser persuader par de beaux discours, même si le Tsuchikage vient de me prouver par raisonnement logique que la voie de la Lumière est celle qui éclairera les coeurs de toute la population si on se mettrait à la suivre, je ne suis plus non plus dans l'âge de suivre les conseils que l'on me donne à la lettre. Oui, j'aimerais connaître la lumière mais d'un autre côté, est-ce ce qui m'est vraiment destiné ?

J'ai passé tant d'années dans l'ombre à me battre que finalement, tout porte à croire que je ne pourrais jamais profiter pleinement des plaisirs simples. Je pousse un soupire, pourquoi est-ce que tout est tellement compliqué ? Nous continuais à marcher malgré le doute qui envahi mon esprit, d'un côté je sais que j'ai quitté Ame pour un avenir plus radieux, mais d'un autre je pense que ce village restera à jamais le premier qui a compté pour moi, j'ai encore du mal à trancher entre mes anciens camarades et la femme qui m'a poussé à venir ici. Finalement, je choisis de rester ici et de prendre la main que l'on me tend avec un sentiment de culpabilité dans le coeur.

Il y a quelques minutes pourtant j'ai crû être convaincu, mais finalement on dirait que cette histoire s'avère bien plus compliquée que ça. Je secoue la tête pour essayer d'oublier ça, je dois arrêter de penser aux regrettables actes que j'ai commis plus tôt, maintenant j'ai tout intérêt à devenir un soldat au service d'Iwa, c'est ici que je trouverai ma paix intérieure et nulle part ailleurs. Je reste silencieux quelques temps, jusqu'à ce que le dirigeant du village m'annonce que nous nous dirigeons vers son bureau pour régler quelques détails administratifs afin que je me mette tout de suite au travail.

« Comment va-t-on procéder ? »

J'appréhende assez le fait de devoir changer de nom car je sais que tout ou tard, tous les éléments seront là pour me trahir, Mizoe risque elle-même d'empêcher ce plan de fonctionner correctement, elle qui a tant pris l'habitude de m'appeler "Ame'jin" quand nous nous rencontrions par le passé. Il rentre dans un bâtiment incrusté dans la pierre, je trouve ça assez étrange mais j'y pénètre à mon tour, à l'intérieur nous croisons quelques fonctionnaires qui trient des dossiers mais personne ne vient nous déranger. Nous parcourons quelques couloirs avant d'accéder au bureau du Tsuchikage où nous prenons place tous les deux. Je m'assois dans un fauteuil rigide, les bras croisés et l'air perplexe, un vague souvenir me revient à l'esprit, c'est ici que je suis devenu Chûnin.

Je me souviens de cet endroit dont la fenêtre nous permet de surplomber le village du regard - tout comme dans la grande tour de métal - là où j'ai reçu mon diplôme il y a des années. Grâce à mes capacités physiques et intellectuelles je suis devenu moyenne classe à l'âge de 14 ans lors de la session d'examen se déroulant non loin des mines d'Iwa. Je me souviens de mes équipiers comme si c'était hier, les candidats avaient été séparés de leurs équipe habituelle et de nouvelles avaient été crées pour encourager l'entraide entre les villages. Pour ma part, j'ai dû coopérer avec deux Ninjas de Konoha, Samanosuke et Hinata, tels étaient leur nom. Je cesse de divaguer à l'instant où mon interlocuteur prend place à son bureau, c'est alors que je lui fait part de mes souvenirs.

« Je suis déjà venu ici...Il y a sept ans. C'est ici que j'ai passé mon examen de sélection, c'est ici que j'ai vu des aspirants en massacrer d'autres...Pour monter en grade. »

L'évocation de cet évènement me glace complètement le sang, je me rappelle de la première épreuve, c'était une épreuve de survie basique, on avait pas vraiment besoin de se battre entre nous pour rester en vie, nous devions juste chercher un informateur qui nous donnera le lieu de rendez-vous. Pourtant dès le début de l'examen, le sang a coulé. Je resterai probablement traumatisé toute ma vie de cette vision d'horreur, ce garçon d'à peine dix ans allongé sur le sol, la peur dans le regard et un kunaï planté en plein coeur. Je n'ai pas pu m'empêcher de m'approcher de lui malgré les risques, j'ai fermé ses yeux et je suis reparti avec mon équipe.
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Pour la retrouver [PV Suijin]   
 

Pour la retrouver [PV Suijin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Tsuchi no Kuni - Iwa Gakure no Satô :: Vallée de la Roche-